Suivez nous :

Chirurgien dentiste

Accueil CARCDSF Chirurgien dentiste

Le métier de chirurgien dentiste présente de nombreuses particularités qui ne sont pas prises en compte par les régimes généraux de prévoyance ou les contrats d’assurance généralistes. Le cabinet Raoult a sélectionné des contrats spécialement adaptés au métier de chirurgien dentiste.

Schéma explicatif indemnités assurances complémentaires des Chirurgiens-Dentistes
Schéma explicatif assurances complémentaires madelin des Chirurgiens-Dentistes

Que retenir en synthèse de l’indemnisation CARCDSF en cas de maladie, invalidité ou décès du chirurgien dentiste ?

chirurgien dentiste en intervention
  • Maladie : l’indemnisation débute après 3 mois, aucune indemnisation n’est versée avant ce délai. Après 3 mois, l’indemnisation journalière est de 95,16 € par jour, soit 2.855 € par mois.
  • Invalidité : l’indemnisation nécessite d’avoir un âge inférieur à l’âge minimum légal de départ à la retraite (fixé entre 60 et 62 ans). Le chirurgien dentiste doit aussi d’obtenir l’accord de la commission d’inaptitude et être à jour du paiement de l’intégralité de ses cotisations. L’indemnisation est de 26.010 € par an, soit 2.167 € par mois.
  • Décès : la rente de « survie » est de 4.218 € par trimestre, soit 1.406 € par mois.

Vous souhaitez en savoir plus sur votre indemnisation CARCDSF ?

En cas de maladie :

Un temps de carence de 91 jours est à prévoir si la déclaration est effectuée et accompagnée de l’arrêt de travail avant l’expiration du troisième mois qui suit l’arrêt de travail. Attention, vous devez donc adresser l’arrêt de travail avant la fin du troisième mois, car sinon le délai de carence sera prolongé et vous ne serez pas indemnisé à partir du 91ième jour. Ensuite, l’indemnisation intervient soit sur une période continue de 36 mois soit sur une période cumulée de 3 fois 365 jours. L’indemnisation journalière est de 95 €, soit 2.855 € par mois.

Il est donc intéressant de souscrire à un contrat facultatif de prévoyance pour venir en soutien financier durant la période de carence, mais aussi pour compléter vos revenus durant le période de maladie, car souvent l’indemnisation de la caisse de votre régime obligatoire, CARCDSF, ne couvre même pas les charges professionnelles du chirurgien dentiste alors même qu’il n’a plus de revenus !

En cas d’invalidité :

Précisons d’abord que l’invalidité dans le monde de l’assurance correspond à la perte d’une capacité physique, émotionnelle et/ou sensorielle.

Trois conditions obligatoires sont nécessaires pour pouvoir être indemnisé par la CARCDSF au titre de la caisse du régime général des chirurgiens dentistes : Vous devez avoir un âge inférieur à l’âge minimum légal de départ à la retraite (fixé entre 60 et 62 ans). Vous devez aussi être à jour dans le paiement de l’intégralité de vos cotisations. Il faut enfin obtenir l’accord de la commission d’inaptitude. A défaut de respecter ces 3 conditions, la caisse autonome de retraite des chirurgiens dentistes et sages femmes ne vous indemnisera pas et vous n’aurez plus qu’à solliciter des recours ou les fonds sociaux, démarches qui s’avèrent longues et incertaines.

Après avoir respecté les conditions de déclenchement, le chirurgien dentiste (tout comme la sage femme) touchera une allocation de 820 points soit 26.010 € par an correspondants à 2.167€ par mois en 2018. Vous aurez donc bien noté que la CARCDSF vous indemnise encore moins bien en cas d’invalidité que de maladie alors même que vous ne pourrez plus travailler et que cette situation durera jusqu’à l’âge de la retraite.

A cela pourront s’ajouter les majorations suivantes :

  • Enfant à charge : 240 points, soit 7.612 €* soit 634 € par mois.
  • Conjoint collaborateur : 820 points x 25% ou 50 % (en fonction de la classe) ** soit 541 € (25%) ou 1083 € (50%)

Exemple : Majoration pour enfant à charge -> 240 points x 25% ou 50 % (en fonction de la classe) soit 158 € (25%) ou 317 € (50%)

* Est appliquée une majoration de 240 points par enfant à charge (jusqu’à 18 ou 25 ans en cas de poursuite des études).

** Moyenne : lorsqu’il a été choisi 25% ou 50% pour le calcul de sa cotisation, les prestations sont calculées en fonction de la moyenne de l’option retenue.

Attention, vous devez savoir que la caisse du régime général des dentistes étudie votre incapacité à exercer n’importe quelle activité professionnelle (et non votre seul métier de chirurgien dentiste). Les problèmes de dos ou de mains, très fréquents dans votre profession, mais qui ne vous empêcheront pas d’exercer un autre métier (quel qu’il soit) feront que vous ne serez pas indemnisé par la CARCDSF au motif que vous pouvez théoriquement faire autre chose !

Vous devez donc ABSOLUMENT vous assurer que le mode d’évaluation de l’invalidité dans votre contrat de prévoyance facultatif ou Madelin est exclusivement basé sur la capacité d’exercer votre métier de dentiste libéral (et seulement). Sinon, vous ne toucherez rien non plus au titre de ce contrat que vous aurez financé à fonds perdu.

Dernières précisions importantes. L’évaluation de l’invalidité professionnelle doit être réalisée par un expert médical indépendant et exclure toutes références à votre régime d’assurance maladie obligatoire et autres barèmes ou référentiels (croisés, linéaires, etc.). Analysez aussi en détail l’indemnisation des pathologies liées aux problèmes de dos rencontrées très souvent et qui sont généralement peu ou mal couvertes.

En cas de décès :

Le capital décès correspond à une somme versée par la CARCDSF pour aider vos proches à faire face aux premières dépenses. Le montant du capital décès versé est de 15.860€.

La rente conjoint est une rente versée jusqu’au décès du conjoint survivant. Elle est versée de façon trimestrielle.

La rente enfant, que l’on appelle aussi rente éducation est versée à vos enfants pour les accompagner dans leurs études. Il est possible que vos enfants puissent en bénéficier jusqu’à leurs 25 ans dans le cas de longues études.

 

Montants
CapitalAllocation versée au conjoint du titulaire en 2018 :

  • Montant : 500 points, soit 15.860 €

Allocation versée au conjoint collaborateur :

  • Montant : 500 points x 25% ou 50 % (en fonction de la classe) *
Rente conjoint (versée le 1er jour du mois suivant le décès, trimestriellement et à terme échu)Allocation versée au conjoint du titulaire en 2018 :

  • Montant : 532 points, soit 16.875 € par an ou 1.406 € par mois

Allocation versée au conjoint collaborateur :

  • Montant : 532 points x 25% ou 50 % (en fonction de la classe) * soit mensuellement 351€ (25%) ou 702€ (50%)
Rente enfant (versée le 1er jour du mois suivant le décès, trimestriellement et à terme échu)Allocation versée aux enfants du titulaire en 2018 :

  • Montant : 360 points par an et par enfant à charge, soit 11.419 € ou 952€ par mois

Allocation versée aux enfants du conjoint collaborateur :

  • Montant : 360 points x 25% ou 50 % (en fonction de la classe) * correspondant à 238€ (25%) ou 476€ (50%)

* Moyenne : lorsqu’il a été choisi 25% ou 50% pour le calcul de sa cotisation, les prestations sont calculées en fonction de la moyenne de l’option retenue.

Pourquoi la protection sociale des chirurgiens dentistes est-elle différente ?

Si vous exercez le métier de chirurgien dentiste en tant que libéral, vos prestations sociales sont très différentes de celles dont bénéficient les salariés ou les autres professions libérales. Les modalités de remboursement des dépenses de santé, les prestations en cas de maladie ou de grossesse ou encore le montant de votre retraite vous réserveront de mauvaises surprises si vous ne les avez pas complétées par des contrats d’assurance complémentaire ou une assurance professionnelle. Une assurance prévoyance Madelin pour chirurgien dentiste offre de multiples avantages, que ce soit en cas d’arrêt de travail pour maladie, d’un congé de maternité, d’un accident du travail. Votre assurance professionnelle doit couvrir tous les risques liés à votre exercice et sécuriser votre investissement financier dans votre cabinet dentaire et pour l’avenir de vos proches.

Chirurgien dentiste, quels sont les avantages d’un contrat de prévoyance Madelin ?

Les chirurgiens dentistes bénéficient d’une couverture de prévoyance minimale par le biais de leur caisse du régime général, la CARCDSF (Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens Dentistes et Sages femmes). Il faut aussi savoir que cette caisse n’intervient que faiblement en cas de maladie ou d’accident professionnel.

Si vous tombez malade, et vous retrouvez en arrêt maladie, vous ne touchez aucune indemnité journalière durant les 3 premiers mois. Un contrat de prévoyance facultatif ou Madelin pourra vous verser des indemnités en fonction des garanties souscrites. En cas de maladie, ce contrat viendra compléter les 2.855 € de la CARCDSF pour faire face à vos charges et subvenir aux besoins de votre famille pendant maximum 3 ans et dans la limite des garanties souscrites.

Les praticiens n’en sont pas forcément conscients quand ils débutent leur activité, mais les dentistes souffrent fréquemment de troubles disco-vertébraux dus au fait qu’ils sont souvent debout et penchés en avant pour exercer. Ce type de pathologie professionnelle n’est typiquement pas couvert par le régime obligatoire de prévoyance et de retraite. Un bon contrat d’assurance professionnelle adapté au métier de chirurgien dentiste prendra en compte, lui, toutes ces spécificités et vous indemnisera en complétant l’indemnisation de la CARCDSF.

En ce qui concerne la maternité pour la dentiste ou la sage femme, sachez qu’aucune indemnisation n’est prévue par le régime obligatoire, sauf en cas de grossesse pathologique. Des indemnisations seront possibles après un temps de carence de 90 jours. Consultez la page CARCDSF pour plus d’informations.

Vous ne serez pas non plus couvert si vous êtes victime d’un accident en vous rendant à votre cabinet ou en rentrant chez vous.

Il est donc essentiel, pour toutes ces raisons, de souscrire à une assurance professionnelle ou contrat de prévoyance Madelin qui prendra le relai quand les prestations du régime de base sont insuffisantes ou inexistantes. Les cotisations versées au titre des contrats complémentaires Madelin sont déductibles de vos bénéfices dans le cadre de l’article 154 bis du Code général des impôts. Vous limitez le montant de votre impôt tout en bénéficiant d’une couverture en cas d’imprévu ou de coup dur.

Notez que les meilleurs contrats Madelin disposent d’options pour coller au plus près de vos attentes, situations personnelle et familiale : versement de capital décès au bénéficiaire de votre choix, pension pour votre conjoint, prise en charge des études enfants, paiement des frais professionnels, indemnisation des pertes de patientèle, paiement d’un remplaçant, etc.

Quelles garanties prévoir dans un contrat de prévoyance pour un dentiste ?

Le montant d’un contrat de prévoyance dentiste peut varier en fonction de multiples facteurs : âge, ancienneté dans la profession, revenu fiscal de référence, situation familiale, état de santé, garanties souhaitées, etc.

L’important est de souscrire une assurance prévoyance dentiste qui réponde entièrement à vos besoins, de la façon la plus personnalisée possible : c’est le rôle décisif du conseiller. Vous devez le modeler pour répondre aux points d’attentions importants pour vous.

Les propositions d’assurance comportent souvent des termes techniques qu’il faut prendre le temps de décrypter, notamment au niveau des conditions restrictives ou des modalités de versement des prestations. Si vous envisagez une grossesse, il est prudent de vérifier que le contrat de prévoyance dentiste ou sage femme auquel vous envisagez de souscrire vous versera des indemnités en cas de grossesse pathologique, par exemple.

En fonction du contrat choisi, votre prévoyance dentiste pourra intervenir en cas de pathologies disco-vertébrales, de rechutes, de maladies psychologiques ou de travail à mi-temps.

Une bonne assurance prévoyance chirurgien dentiste doit offrir des prestations élevées en cas de maladie, décès ou invalidité, et des garanties le plus étendues possibles tout en permettant de bénéficier d’avantages fiscaux.

Si vous choisissez des prestations forfaitaires pour votre assurance médicale, vous connaîtrez à l’avance le montant de ce qui vous sera versé, indépendamment du niveau de vos revenus ou du montant des prestations du régime de base.

Pourquoi les assurances Madelin sont-elles conseillées aux dentistes libéraux ou non salariés (TNS) ?

Les contrats Madelin sélectionnés par le cabinet Raoult permettent de sécuriser vos revenus quand vous ne serez plus en situation de travailler (maladie, accident, voire retraite).

En cas de maladie ou d’invalidité, les contrats d’assurance prévoyance sont conseillés, car ils vous assurent des revenus ou complètent ceux de votre régime obligatoire quand celle-ci ne vous verse rien. Reprenons l’arrêt maladie avec 91 jours de temps de carence pendant lesquels vous ne touchez pas d’indemnité journalière. Une fois ce délai dépassé, les indemnités touchées ne sont en plus généralement pas suffisantes ne serait que pour couvrir les charges personnelles et professionnelles du cabinet dentaire. Ainsi grâce au contrat de prévoyance TNS vous pourrez toucher un revenu suffisant pour subvenir à vos besoins et prendre le temps de vous soigner correctement.

La retraite des chirurgiens dentistes entraîne, dans la plupart des cas, une très forte baisse des revenus, entre 52 % à 67 % des derniers revenus comme le montrent les simulateurs retraite du régime obligatoire. Autre règle, plus les revenus sont importants, plus la baisse sera marquée. Plusieurs options sont possibles pour limiter cette perte sèche et conserver en partie son niveau de vie. La loi Madelin permet aux dentistes de faire face aux aléas de la vie et de profiter pleinement de leur retraite. L’essentiel est de savoir anticiper et de construire son avenir le plus tôt possible dans sa carrière professionnelle.

Les assureurs ou mutuelles proposent souvent des contrats de retraite complémentaires dont la qualité est extrêmement variable. Certains points sont particulièrement importants pour les dentistes, notamment le nombre d’annuités garanties ou bien le versement ou non d’un capital en cas de décès avant la retraite. Les frais peuvent également impacter les coûts : frais de gestion, sur rente ou sur versements. Une assurance professionnelle doit prendre en compte toutes les spécificités de votre métier, notamment au niveau du déroulement de carrière.

Est-ce que les assurances professionnelles envisagent toutes les situations ?

Une assurance professionnelle chirurgiens dentistes ou sages femmes doit offrir des garanties optimales et spécifiques.

Les contrats prévus pour les professions médicales et paramédicales au sens large ne sont pas aussi performants que des garanties spécifiquement prévues pour les dentistes. Leurs modalités sont calculées précisément en fonction de ce que la CARCDSF prend en charge ou non. Vous n’aurez donc pas de mauvaise surprise le jour où vous aurez besoin de bénéficier de ces garanties.

Gardez aussi à l’esprit que grâce à la personnalisation des contrats, c’est vous qui envisagez aussi les situations et privilégiez ce qui vous est le plus important.

L’important est que vous puissiez maintenir votre niveau de vie et celui de votre famille quoiqu’il arrive.

En cas d’invalidité, le mode de calcul du taux attribué peut considérablement faire varier le montant des indemnités. Si vous avez des enfants, le versement d’une rente éducation pourra les accompagner jusqu’à la fin de leurs études si vous décédez prématurément par exemple. Pensez à vérifier l’âge limite de versement de façon à prendre en compte d’éventuelles études longues.

Le cabinet Raoult est à votre disposition pour vous aider à répondre à toutes vos questions sur les assurances pour chirurgiens dentistes ou sages femmes, que ce soit dans le cadre de votre activité professionnelle, de vos frais de santé ou de vos besoins en prévoyance. En anticipant dès aujourd’hui vos conditions de départ à la retraite, vous bénéficierez des meilleures options pour augmenter la valeur de votre patrimoine tout en protégeant vos proches.

Comprendre votre protection sociale