Suivez nous :

Professeur des universités – Praticien Hospitalier (PU-PH) (avec activité libérale) / Maître de conférences – Praticien Hospitalier (MCU-PH) (avec activité libérale)

Accueil CPAM Professeur des universités – Praticien Hospitalier (PU-PH) (avec activité libérale) / Maître de conférences – Praticien Hospitalier (MCU-PH) (avec activité libérale)

Vous êtes praticien hospitalier, professeur des universités, ou maître de conférence avec une activité libérale ? La prise en charge de votre sécurité sociale et de votre retraite appelle des spécificités liées à votre double activité. Vous êtes affilié au régime général de la sécurité sociale (CPAM) et à la CARMF pour le régime obligatoire au titre des travailleurs indépendants, à la CNAV pour votre retraite mais aussi à l’IRCANTEC pour les prestations complémentaires. Vous disposez donc de 4 caisses au titre de vos régimes obligatoires.

Que retenir en synthèse de l’indemnisation CPAM en cas de maladie, invalidité ou décès ?

  • Maladie : pendant 3 mois l’indemnisation est de 66% pour les revenus hospitaliers et de 33% pour les revenus universitaires. Puis, durant 9 mois elle est de 33% sur les revenus hospitaliers et de 50% sur les revenus universitaires.
  • Invalidité : vous toucherez une indemnisation d’environ 1000€ pour une invalidité entre 33% et 66%. Vous toucherez environ 1700€ pour une invalidité de 100%.
  • Décès : l’équivalent de 3 mois de salaire est versé par la CPAM. L’IRCANTEC peut verser une indemnisation complémentaire.

En savoir plus sur votre indemnisation en cas de maladie, invalidité ou décès

Pour en savoir plus sur l’indemnisation en cas de maladie :

Concernant l’arrêt maladie pour les professeurs des universités – praticiens hospitaliers (PU-PH) et les maîtres de conférences – praticiens hospitaliers (MCU-PH) avec activité indépendante libérale, une première période de 3 mois est indemnisée à hauteur de 66% par rapport à vos revenus hospitaliers, à laquelle s’ajoute une indemnisation à hauteur de 100% par rapport à vos revenus universitaires. Une seconde période de 9 mois est indemnisée à 33% par rapport à vos revenus hospitaliers et de 50% par rapport à vos revenus universitaires.

Pour le congé de longue maladie, le traitement est le même, seules les durées diffèrent. Pour la première période, il s’agit d’un an. Pour la deuxième période, il s’agit de 2 ans.

Pour en savoir plus sur l’indemnisation CPAM en cas d’invalidité :

Pour déterminer votre invalidité, votre régime obligatoire effectue une évaluation professionnelle. Mais attention celle-ci ne se base pas uniquement sur votre incapacité à exercer une autre profession, c’est-à-dire qu’elle peut entre autres déterminer que vous pouvez exercer une profession différente. L’invalidité se définit comme la perte définitive et irréversible de la capacité normale d’un être humain, que ce soit sensorielle, physique, et/ou émotionnelle.

Deux modes d’indemnisation sont envisageables selon votre taux d’invalidité :

  • Votre invalidité est évaluée entre 33% et 66%, vous touchez forfaitairement 30% de votre salaire limité au plafond de la sécurité sociale (39.732 euros en 2018) soit 11.916 euros / an, c’est-à-dire environ 1000 euros / mois !
  • Votre invalidité est évaluée à plus de 66%, vous touchez 50% du plafond de la sécurité sociale soit environ 1700 euros / mois.

Dans tous les cas, vous percevrez ces montants jusqu’à l’âge de la retraite et il vous faudra, à défaut d’avoir pris la précaution de souscrire à un contrat de prévoyance réduire drastiquement votre train de vie, faire appel à votre épargne et/ou à la solidarité familiale.

En souscrivant à une assurance prévoyance professionnelle, pensez à vous assurer que l’évaluation professionnelle effectuée par un expert médical indépendant ne sera basée que sur l’exercice de votre profession et qu’aucun autre critère externe ne viendra interférer.

Pour en savoir plus sur l’indemnisation CPAM en cas de décès :

Il existe 2 indemnisations possibles en cas de décès :

  • Une première indemnisation qui correspond à un capital égal à 3 mois de salaire à condition d’en faire la demande auprès de la CPAM.
  • Une deuxième indemnisation versée par l’IRCANTEC, qui est complémentaire, correspond à 75% des salaires soumis à cotisation des 12 mois précédents le décès, soit 75% d’un salaire annuel. Les bénéficiaires peuvent être un conjoint non séparé ni divorcé, les enfants de moins de 21 ans ou les majeurs infirmes.

Il faut être âgé de moins de 65 ans au moment du décès. Elle peut être cumulable avec la pension de réversion.

Étant donné que vous exercez une activité libérale en parallèle, vous cotisez et bénéficiez aussi d’une couverture par la CARMF dont voici les garanties clés :

  • Maladie : il n’y a aucune indemnisation avant un délai de 3 mois. Après 3 mois, l’indemnisation mensuelle varie de 1978€ à 3941€ / mois en fonction des revenus de l’année précédente selon votre classe (A, B ou C).
  • Invalidité : l’indemnisation nécessite une incapacité de travail de 3 ans et elle varie de 1247€ à 2078€ / mois selon votre classe.
  • Décès : versement de 60.000 € accompagné d’une rente conjoint survivant tous les mois qui variera de 584€ à 1107€ / mois plus une rente éducation de 652 € par mois.

Vous souhaitez en savoir plus sur votre indemnisation CARMF ?

En cas de maladie :

Il existe 3 classes (A, B ou C) qui sont définies en fonction du revenu de l’année passée :

ClasseRevenu
AInférieur à 39 732 € par an
BDe 39 732 € à 119 196 € par an
CA partir de 119 196 € par an

 

L’indemnisation au titre de la maladie nécessite :

  • Une incapacité de travail totale.
  • 6 années d’affiliations pour être indemnisé jusqu’à 3 ans. Cette durée peut être abaissée à 3 ans d’affiliation si le médecin a plus de 65 ans.

Le temps de carence est de 90 jours si la déclaration est effectuée dans les 2 mois suivant l’incapacité, elle est sinon de 31 jours après la déclaration.

ClasseIndemnisation journalière
A65,93 € par jour soit 1978€ par mois
B98,90 € par jour soit 2967€ par mois
C131,37 € par jour soit 3941€ par mois

 

Attention, il existe aussi des taux réduits.

En cas d’invalidité ?

Cette indemnisation est versée suite à l’impossibilité d’exercer depuis 3 ans.

ClasseIndemnisation
A1 246€ par mois, soit 14 959€ par an
B1 558€ par mois, soit 18 698,40€ par an
C6 232€ par mois, soit 24 931,20€ par an

 

Une majoration de 35% est appliquée si les revenus de votre conjoint sont inférieurs à 20 550 € par an.
Une majoration de 6 945 € par an est mise en place si vous avez un enfant.
L’invalidité est ici calculée de la même manière que pour la CPAM. Il est donc important de souscrire à un contrat de prévoyance.

En cas de décès ?

Le capital correspond à une somme fixe versée en une fois à vos proches pour faire face aux premières dépenses.

La rente conjoint ou rente de survie est versée au conjoint survivant. Elle est versée tous les mois jusqu’à son décès.

Enfin la rente enfant, appelée aussi rente éducation est versée jusqu’à 25 ans maximum à vos enfants en cas de longues études.

Montants
Capital60 000€
Rente conjointDe 584€ à 1 107€ par mois soit de 6 642€ à 12 284€ par an
Rente enfant
  • 7 822,80 € par an
  • 9 741,60 € par an si orphelin de père et de mère

Pourquoi la protection sociale des PU-PH et MCU-PH avec secteur libéral est-elle différente ?

Vous êtes professeur des universités – praticien hospitalier ou maître de conférences – praticien hospitalier avec secteur libéral. Vous dépendez donc du régime de la fonction publique et de la CARMF pour votre activité libérale. De ce fait votre protection est bien différente des autres professions médicales, en matière de maladie, d’invalidité, de retraite ou tout simplement pour le remboursement des frais de santé.

Quels sont les avantages d’une assurance professionnelle ?

Les différentes indemnisations que vous percevez au titre de l’arrêt maladie sont assez faibles, notamment pour le régime de la fonction publique. En effet on note des indemnisations comprises entre 100% et 33% de votre salaire, suivant les périodes et le type de revenu (hospitalier et universitaire)

L’avantage qu’offre une assurance professionnelle est d’augmenter l’indemnisation de base à hauteur de vos espérances et de ce que vous pensez nécessaire pour répondre à vos besoins et ceux de votre famille.

En matière d’invalidité, l’avantage d’un bon contrat de prévoyance est d’effectuer l’étude de celle-ci uniquement sur l’exercice de votre profession. Et ainsi vous indemniser totalement si votre régime général a quant à lui estimé que vous n’étiez pas invalide. Mais aussi, si vous estimez que les indemnités versées par les deux caisses sont trop faibles, vous pourrez bénéficier d’indemnités par votre contrat professionnel, une fois de plus à hauteur de ce que vous aurez décidé.

Les avantages notoires sont par rapport à votre statut d’indépendant. Une assurance professionnelle pourra prendre en charge le paiement d’un remplaçant, en cas de maladie ou de travail à mi-temps, ou même vous verser des indemnités en cas de travail à mi-temps.

L’avantage de ces contrats est financier. Sachez aussi que les cotisations versées dans le cadre de ces contrats, dit Madelin sont déductibles de vos bénéfices et de vos impôts.

Pourquoi souscrire à un contrat de prévoyance ?

Un contrat de prévoyance spécialement conçu pour les PU-PH ou MCU-PH avec activité libérale prendra en compte toutes les spécificités et caractéristiques de vos activités. Le second point à retenir est la personnalisation des contrats. Vous pouvez aller encore plus loin dans votre prévoyance en privilégiant les points qui vous paraissent essentiels, et ainsi être le plus proche de vos besoins et de vos objectifs, en gardant tout de même à l’esprit les indemnités versées par vos deux régimes.

Vous pourrez ainsi bénéficier des meilleures indemnisations et garanties pour protéger votre famille face aux aléas de la vie.

Si vous choisissez des prestations forfaitaires, vous connaîtrez au préalable le montant des prestations que vous pourrez percevoir en cas de maladie ou d’invalidité.

Cependant, le montant de votre contrat reste impacté par différents facteurs comme votre âge, votre état de santé, les garanties souhaitées, l’ancienneté de votre installation, votre revenu fiscal de référence, vos objectifs, votre situation familiale, etc.

Pourquoi les contrats Madelin sont-ils conseillés aux PU-PH et MCU-PH avec activité libérale ?

Nous vous conseillons de souscrire à des contrats Madelin pour avant tout sécuriser vos revenus. Les prestations perçues peuvent être parfois trop faibles, ou inexistantes. Ces contrats viennent en relais ou en soutien de vos deux régimes, notamment en matière de prévoyance.

Dans un cas plus précis, ils sont vivement conseillés pour la retraite. En effet, comme bon nombre de retraités, vous connaîtrez sûrement une baisse de vos revenus. Il n’est donc pas négligeable de se pencher sur la question des contrats retraite Madelin, qui se traduisent souvent sous forme d’épargne et de placements tout du long de votre vie professionnelle, pour qu’une fois à la retraite ils soient transformés en pensions versées mensuellement. Ainsi votre niveau de vie ne baisse pas, ou faiblement, et vous profitez pleinement de votre retraite.

Il est essentiel de s’occuper au plus tôt de ces différents points. Vous serez protégé durant toute votre carrière et durant votre retraite.

Comprendre votre protection sociale